Plongez dans l'expérience uex
Noel
courses, repas et pressing
Petit Depot Noel
Singapour
International Medical Center
La Petite Ecole Singapour

Rencontre avec les Directrices de La Petite Ecole et de La Petite Crèche

Maria Raphel Lamrani Alaoui, Directrice de l’École Maternelle La Petite École et Valériane Morello, Directrice du Playgroup La Petite Crèche

Le Bottin Singapour : La Petite Ecole est ouverte depuis 2012, La Petite Crèche depuis 2015, quels ont été vos rôles respectifs dans l’évolution de ces deux établissements cette année?

Valériane: En tant que responsable de la crèche depuis 2015, l’année dernière fut une année remplie de challenges, avec notamment le déménagement de la structure et la constitution et la gestion d’une équipe de professionnels de la petite enfance. Essayant continuellement d’améliorer nos services, depuis septembre 2017 nous avons ouvert un programme bilingue (français/anglais) et adapté nos heures et périodes d’ouverture à la demande des parents (horaires étendus, flexibilité et ouverture toute l’année).
Maria: Nous avons la chance d’être une petite structure et il faut en tirer les bénéfices. L’une des missions que je me suis fixée, c’est d’avoir un fonctionnement commun à toute l’école, des projets qui fédèrent l’ensemble de l’équipe et les enfants. En maternelle, avoir un projet qui relie plusieurs champs disciplinaires donne du sens et de la cohérence aux activités de la classe. Aujourd’hui, nos projets permettent à toute l’école de participer sous diverses formes.

Le Bottin Singapour : Quel est, pour vous, le plus beau challenge relevé jusqu’à présent?

V: Le challenge le plus important fut le déménagement de La Petite Crèche dans nos nouveaux locaux. Nous sommes partis d’une maison vide que nous avons entièrement rénovée et aménagée pour accueillir les enfants dans un environnement chaleureux et sécuritaire. Nous avons créé différents espaces pour la mise en place des ateliers et pour la vie collective.
M: Tout d’abord, notre challenge au quotidien est de donner l’envie aux enfants de venir à l’école, car le plaisir est l’un des principaux moteurs d’apprentissage.

En second plan, un de nos plus beaux challenges est d’impliquer les enfants dans le projet d’école, quel qu’il soit. Les enfants de La Petite Ecole ont donc participé l’année dernière à un tour du monde qui a éveillé leur curiosité, qui a permis d’ouvrir leur esprit vers d’autres cultures, de développer le respect de l’autre et d’accepter les différences. Je peux dire aujourd’hui grâce à ce que j’ai observé et aux retours des parents que notre mission a été un véritable succès.

Cette année, nous emmenons les enfants dans un voyage dans le temps.

Le Bottin Singapour : Quels sont, en quelques mots, les points forts qui font de La Petite Crèche et de La Petite Ecole des établissements privilégiés pour les enfants?

V: Ce sont des établissements à taille humaine permettant un accueil et une communication privilégiée avec les familles. Ils sont dotés d’espaces extérieurs. De plus, ces deux établissements proposent un cursus bilingue.

Un autre point fort à la crèche est le faible ratio enfant /éducateur (1/6 chez les 18-30 mois et 1/8 pour des 2,5 – 4 ans) qui permet un meilleur encadrement.

M: Notre vision de l’éducation consiste à impliquer l’enfant dans son apprentissage. Je reprends à nouveau cette phrase de Benjamin Franklin, qui illustre parfaitement ce propos: “Dis-moi et j’oublie. Apprends-moi et je me souviens. Implique-moi et j’apprends”. Il est primordial de favoriser la confiance en soi, l’autonomie, tout en permettant à l’enfant d’évoluer, d’apprendre à son propre rythme.

Nous privilégions également la manipulation, pour s’approprier les concepts. L’enfant doit avoir le droit de se tromper, de recommencer. Le tâtonnement et l’erreur font partie du processus d’apprentissage.

Le Bottin Singapour : La Petite Crèche et La Petite Ecole proposent régulièrement des matinées portes ouvertes en famille. Quel est pour vous l’intérêt majeur de ces moments partagés avec les familles?

V: Ce sont des occasions pour réunir autour de l’enfant tous les acteurs de son éducation et ainsi de favoriser les échanges entre les professionnels et la famille. Ces matinées privilégient également des moments de partage entre enfants et parents (autour de leurs productions, d’activités…)

Enfin, elles permettent aux familles de se rencontrer dans un cadre convivial.

M: À l’école, l’intérêt majeur de ces moments passés avec les familles est d’ouvrir à ces dernières une fenêtre sur la vie à l’école de l’enfant. Parents et enseignants sont partenaires dans leur mission d’éducation et pour mener à bien cette mission, il est nécessaire que la communication soit optimisée. La particularité de Singapour, c’est que les enfants viennent en bus et nous ne voyons pas les parents au quotidien. Nous avons donc multiplié les canaux de communication, cependant il est important de participer également physiquement à la vie de l’école. Cela passe par les portes ouvertes, mais aussi par des accompagnements en sortie, des interventions en classe pour des lectures, ou autre.

Le Bottin Singapour : À l’école comme à la crèche, de nouveaux aménagements ont été mis en place, tout au long de l’année. Pourquoi cet effort continu de diversification des activités des enfants?

V: Dans nos locaux au 52 Medway Drive depuis septembre 2017, nous sommes en quête perpétuelle de développer de nouvelles activités et de créer de nouveaux espaces propices au développement et à l’épanouissement des enfants. Par exemple, nous avons mis en place des jeux d’eau, un bac à sable et un bac à gravier pour les activités de transvasement, ainsi que des pistes graphiques murales pour développer la motricité fine. D’autres espaces verront le jour prochainement.
M: La volonté de diversification des activités à l’école est surtout une volonté de répondre aux besoins des enfants. Nous avons mis l’accent sur notre aménagement extérieur, pour qu’il soit le plus possible un espace moteur de découverte et d’apprentissage. Pendant toute sa scolarité en maternelle, l’enfant apprend à se connaître, à découvrir ses capacités physiques, ses limites et à les dépasser. Il doit donc être encouragé par de multiples activités motrices et sensorielles. Nous avons installé un bac à sable, un mur d’escalade, un chemin sensoriel dans notre jardin, ainsi que des jeux colorés au sol, afin que chaque enfant puisse se lancer à la découverte du monde, par ses propres actions.

Le Bottin Singapour : Valériane, vous vous inspirez beaucoup de la méthode Montessori dans vos ateliers; quels sont vos autres sources d’inspiration?

V:Actuellement nous n’employons pas la méthode Montessori, mais nous utilisons certains de ses outils car il s’inscrivent dans notre méthode éducative, notamment pour les ateliers sensoriels.

Chaque semaine, nous proposons un panel d’activités ludiques couvrant des domaines variés: moteurs, sensoriels, et artistiques. Au travers de ces ateliers, l’enfant s’épanouit et développe ses capacités langagières.

Ces activités sont inspirées de nos expériences professionnelles en crèche ou en petite section de maternelle. Enfin, nous tirons une partie de notre inspiration des échanges avec les autres structures du groupe La Petite Ecole situées en Asie.

Le Bottin Singapour : Maria, vous avez introduit des nouveautés dans l’école dès la rentrée, en septembre dernier. Pouvez-vous m’en dire plus?

M:Dans le contexte international de Singapour, nous avons décidé d’ajouter une initiation au mandarin à notre curriculum, et ce dès la Petite Section. Nos établissements partenaires à Bangkok et Ho Chi Minh offrent également une initiation à la langue du pays d’accueil.

La deuxième nouveauté de la rentrée est la mise en place d’activités extra scolaires (appelées AES). Nous partageons les locaux avec l’école internationale Blue House, qui proposait déjà des activités à nos élèves, après la classe. Nous compléterons désormais cette offre afin de proposer des activités variées, qui répondent aux différents centres d’intérêt des enfants.

Je tiens à mentionner également notre atelier philo, reconduit cette année, et qui a lieu dans le bureau de la directrice. Un moyen d’apprendre les règles différemment!

Cet atelier vise à aider l’enfant à devenir un individu et un citoyen, par le biais du langage. L’un des objectifs de l’éducation en maternelle est d’aider un enfant à développer sa personnalité dans la communauté scolaire, d’apprendre à vivre ensemble. Cet atelier de philosophie participe à l’auto-développement de l’enfant, où il est considéré comme un individu capable de définir sa place, de s’exprimer et d’exprimer son opinion sur différents thèmes. Avec les enfants on se pose des questions:

  • Ce qui est interdit, est-ce que c’est pour nous embêter?
  • Qu’est-ce qu’un ami?
  • Se moquer, ça fait rire ou ça fait mal? …

Ces questions appellent parfois d’autres questions, mais aussi des éléments de réponse, avec leurs propres mots.

Sociétés mentionnées dans l'article

40 Partages
Partagez40
Tweetez