fbpx
IMC
smilfocus
ISS
Kali
Axiom Cours de Soutien Singapour
Assurance Sante Singapour
La Petite Ecole

Marché de l’emploi à Singapour : L’expatrié est-il nécessairement dans une situation de faiblesse ?

Montaigne déjà insistait sur l’énorme plus-value de l’expérience internationale. Les voyages forment la jeunesse…et déforment les valises.

Singapour est un pays fantastique pour y exercer sa profession. Pays « safe » et bien organisé où pratiquement tout le monde parle anglais, la Cité-Etat jouit aussi d’un taux de chômage excessivement bas, un système fiscal très avantageux et offre une qualité de vie agréable.

Tout va très bien Madame la Marquise mais encore faut-il réussir à obtenir un poste et, dans l’immense majorité des cas, cela passe nécessairement par la case entretien d’embauche qu’il faut réussir à décrocher dans un contexte compliqué n’ayant pas encore un réseau solide et un bon carnet d’adresse bien rempli.

L’expatrié est-il nécessairement dans une situation de faiblesse par rapport à ses concurrents « locaux » qui connaissent forcément bien mieux le marché mais aussi les us et coutumes et les non-dits du processus d’entretien de leur propre pays ? Pas forcément.

1. Obtenir l’entretien d’embauche

Réussir à obtenir un premier entretien est un challenge surmontable pour le nouveau résident à Singapour en observant quelques conseils.

Une communauté soudée

networking-français

source : Facebook

Les expatriés ont souvent l’habitude de s’entraider, sans doute dû à ce dénominateur commun : nous sommes loin de chez nous.

Les réseaux sociaux regorgent de pages dédiées aux francophones dont les membres sont très actifs. La communauté des expatriés ne se croise pas que sur la toile, loin de là.

Il y a, à Singapour, un nombre incroyable d’évènements professionnels ou « casual » organisés toutes les semaines. Il s’agit de superbes occasions pour élargir son réseau et dire à qui veut l’entendre que vous êtes à la recherche d’un emploi. Il s’agit aussi d’une belle occasion de se faire de nouveaux amis et donc de joindre l’utile à l’agréable.

Bureaux de recrutement et chasseurs de têtes

Les bureaux de recrutement et les chasseurs de têtes européens basés à Singapour travaillent souvent avec d’autres sociétés européennes à la recherche de nouveaux candidats.

Il est conseillé de s’adresser à eux pour augmenter vos chances de voir votre CV arriver au bon endroit.

Les bons cabinets sont normalement en contact direct avec le recruteur (« hiring manager ») en plus des ressources humaines et devraient pouvoir vous guider, dans votre langue, à trouver l’employeur approprié.

2.   Performer l’entretien d’embauche

L’entretien d’embauche est également un moment délicat et un exercice difficile pour toutes les parties concernées. L’employeur ne dispose que de peu de temps pour cerner le candidat et s’assurer que celui-ci jouit des compétences nécessaires pour exercer les tâches qui lui seront assignées prochainement. Le candidat n’a, quant à lui, que peu de temps pour prouver qu’il est capable de satisfaire aux exigences de son futur employeur.

L’entretien d’embauche est encore plus compliqué dans un contexte international où les différences culturelles sont trop souvent sources de malentendus. L’expatrié a toutefois quelques atouts non négligeables qu’il devrait exploiter.

Se distinguer d’autrui

legacywine-article-poignée

Beaucoup d’entreprises misent de nos jours sur la diversité culturelle dans le but d’obtenir de nouvelles perspectives commerciales. N’hésitez pas à en profiter.

Un grand nombre de locaux n’ont jamais eu la chance de se rendre en Europe. Ainsi, quoi de mieux, à titre d’exemple, qu’un candidat francophone pour aider une société singapourienne à cibler la communauté francophone ou à exporter ses produits dans l’hexagone ?

Il est également intéressant de mettre en exergue la créativité au niveau des processus décisionnels et la stimulation de l’innovation dans les équipes qui préconisent la multi-culturalité.

Qui plus est, la connaissance de la langue reste un autre atout à mettre en avant. Peu de Singapouriens parlent le français ou une autre langue européenne autre que l’anglais.

Qui se ressemble s’assemble

L’expatrié peut jouer sur les deux tableaux car il n’est pas rare, à l’inverse, d’entendre des managers d’entreprises européennes basées à Singapour se plaindre de la trop grande différence culturelle entre locaux et la culture d’entreprise du vieux continent.

Cette incompréhension réciproque résulte parfois à de petits malentendus sympathiques et sans conséquence mais peut tout aussi mener à des catastrophes entraînant perte de clients importants ou autres « clashs ».

Un manager européen exprimera dès lors parfois le désir d’avoir au sein de son équipe quelques éléments parlant le même langage que lui dans tous les sens du terme.

Contexte économique

Le taux de chômage particulièrement bas de Singapour avoisinant les 2% a un impact non négligeable sur le behaviourisme des autochtones.

Partant du principe que le marché du travail leur est favorable, les singapouriens prennent trop souvent l’habitude de venir à l’entretien d’embauche sans se préparer outre mesure.

L’expatrié a dès lors l’occasion de se distinguer en préparant très sérieusement son entretien en amont. Un candidat bien préparé fera très probablement une bien meilleure prestation par rapport à ce que l’on appelle parfois le « candidat-touriste » qui se présente surtout dans le but d’obtenir une augmentation de son niveau de rémunération ou de voir tout simplement ce qu’il vaut sur le marché de l’emploi.

legacywine-photo preparation interview copy

Conclusion

L’expatrié ne part pas forcément perdant lorsqu’il est à la recherche d’un emploi à Singapour. Il a, lui aussi, ses cartes à jouer.

La clef est de ne pas espérer que les opportunités tomberont du ciel malgré un parcours académique impeccable et une expérience professionnelle solide. Agitez le cocotier et vous finirez par avoir plusieurs entretiens. Il faut certes saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent à vous, mais il est également important de les provoquer.

Si l’entretien d’embauche est confirmé, il ne reste plus qu’à le préparer avec rigueur et vous multiplierez grandement vos chances de réussite.

Il est regrettable de se rendre compte, lorsque l’entretien est terminé, que l’on aurait pu faire beaucoup mieux en anticipant les questions et bien évidemment…les réponses.

Qui veut voyager loin ménage sa monture !

Maxime Vanderhaeghe

Maxime Vanderhaeghe

+65 8876 4333
75 High Street, Singapore 179435

City Talent Pte. Ltd.
www.citytalent.org

City Coaching Pte. Ltd.
www.city-coaching.com

Maxime Vanderhaeghe est recruteur professionnel depuis plus de 5 ans spécialisé dans le secteur financier et le secteur légal. Il est également coach d’entretien d’embauche et apporte son concours aux chercheurs d’emploi qui souhaitent mieux structurer et performer leurs interviews ainsi que les employeurs qui souhaitent peaufiner leurs techniques de sélection.

Avant de s’orienter dans le recrutement et le coaching, il était gestionnaire de fortune à Zürich et Singapour au sein du Credit Suisse.

Maxime Vanderhaeghe est licencié en droit de l’Université Catholique de Louvain en Belgique et détient un L.L.M. en droit des affaires de la National University of Singapore.

Sociétés mentionnées dans l'article

31 Partages
Partagez31
Tweetez