fbpx
Assurance Sante Singapour
La Petite Ecole
smilfocus
IMC

Quarantaine à l’hôtel à Singapour : le témoignage SHN d’Emilie

L’entrée à Singapour est soumise à une quatorzaine stricte aussi communément appelée SHN (Stay Home Notice).

Préparation du SHN, accueil à l’aéroport, condition des séjours à l’hôtel, nous avons voulu en savoir plus.

Voici le témoignage d’Emilie qui a su passer un SHN sans stress, grâce à une bonne préparation

Je m’appelle Emilie et je suis arrivée à Singapour début janvier pour un détachement professionnel de 4 mois. J’avais déjà passé 3 jours à Singapour en 2019 pour des vacances et j’avais adoré cette ville ! Quand l’opportunité professionnelle s’est présentée, je n’ai donc pas hésité, malgré le contexte et le SHN imposé.

Avant – Parles-nous de ta préparation au départ

J’ai signé mon contrat avec mon entreprise en août, pour un début à Singapour fin novembre. Mon entreprise devait tout prendre en charge (formalités administratives, prise en charge des coûts, etc.). Je ne sais pas s’il y a eu des difficultés en interne, ou si c’était dû au contexte actuel mais je n’ai pas eu mon IPA à temps pour pouvoir commencer fin novembre. Je ne l’ai eu que mi-décembre, puis tout s’est accéléré (demande d’autorisation de l’EDB puis du MOM, achat de la carte SIM locale…) pour un vol prévu 2 semaines plus tard. Après plusieurs mois d’incertitudes, je n’y croyais plus !

Heureusement qu’il y avait les groupes FB pour pouvoir m’aider dans cette préparation. J’y ai trouvé des informations très utiles sur le test PCR et le déroulement du SHN.

Arrivée – Comment s’est passée ton arrivée ?

A l’aéroport, on a vérifié que j’avais bien un test PCR négatif avec mon numéro de passeport dessus et le résultat en anglais. Je ne pensais pas qu’ils seraient aussi pointilleux, surtout que les labos français n’utilisent pas tous le même format pour fournir les résultats.

Pour le vol, sans grande surprise, il était loin d’être complet. J’avais les 3 sièges pour moi, ce qui est particulièrement appréciable pour les longs courriers.

A l’arrivée, après plusieurs contrôles d’identité, d’IPA, et de test PCR, on nous installe dans un bus (nous étions environ 8 par bus) pour nous emmener dans notre lieu de quarantaine. C’est à ce moment qu’on croise les doigts pour avoir une destination sympa !

Après 20mn de trajet, on se gare au bout d’une impasse… Le cadre ne fait pas très envie. Dans le bus, on se regarde et on sent l’appréhension dans nos yeux. On n’arrive pas à savoir où nous sommes car il n’y aucune indication ; on ne voit qu’un parking et un local poubelle. Après quelques minutes d’attente, nous comprenons que nous sommes en fait à l’arrière du Grand Hyatt Hôtel, c’est-à-dire l’entrée du personnel et des livraisons, d’où le cadre moins « waouh ».

Sur le trajet, j’ai sympathisé avec deux autres femmes alors en arrivant je leur propose de prendre leur numéro pour créer un groupe Whatsapp. C’était une super idée car ça nous a permis de nous soutenir et d’échanger sur des détails pratiques (appels du MOM, modalités pour le test PCR et la sortie, échanges de photos des repas pour nous donner envie ou pas…)

Pendant – Comment se déroule/s’est déroulé ton séjour à l’hotel ?

On nous attribue assez rapidement nos chambres. La mienne est plutôt spacieuse, avec un coin bureau et une salle de bain, qui comprend douche et baignoire. Pour les repas, nous devons les choisir la veille ; il y a environ 8 à 10 choix (dont 2 ou 3 options végétariennes). Pas d’entrée ou de dessert, juste un plat. Les repas sont livrés sur des créneaux de 2 heures (7h-9h, 12h-14h, 18h-20h) mais on peut aussi se faire livrer par Grab, Deliveroo, Amazon Fresh, etc. C’était assez frustrant de ne pas pouvoir maîtriser l’heure du repas car on ne sait jamais si on doit prendre un petit ou gros petit-déjeuner, si ça vaut le coup de prendre un goûter, etc. Parfois j’étais livrée au début du créneau donc assez tôt alors que je n’avais pas faim du tout. Je mangeais donc souvent le plat froid… Ce qui m’a le plus manqué, c’est l’absence de dessert, moi qui aime finir les repas sur une touche sucrée… Pourtant, même sans dessert, j’ai pris 1 ou 2 kilos (j’avais une balance dans ma chambre), sûrement à cause de la sédentarité.

 

Pour m’occuper, je télé-travaillais en journée donc ça aidait à faire passer le temps. J’avais 2 chaînes TV françaises pour rester informée des nouvelles en France donc j’étais assez contente. J’ai évidemment programmé de nouveaux appels avec mes proches pour garder un minimum de lien social et ai passé beaucoup de temps sur Netflix (je vous conseille les séries françaises Lupin et Dix pour cent).

On reçoit aléatoirement des appels du MOM (de 0 à 2 fois par jour pour ma part) pour contrôler notre identité et savoir si tout se passe bien. Je ne comprends pas trop l’intérêt vu que nous devons déjà reporter 3 fois par jour (matin, midi et soir) notre température sur l’appli du gouvernement mais passons.

La sortie

J’ai effectué mon test 3 jours avant la date de sortie (le test s’est fait à l’hôtel même) et j’ai reçu mon résultat la veille, ainsi qu’une confirmation de l’hôtel pour mon heure de sortie (13h10). Le jour J, on est venu me chercher pour m’emmener à la réception et puis : libéréeee, délivréeee…

Après – La suite, ça se passe comment pour toi ?

En sortant j’ai pris un plaisir fou à aller au restaurant (même en étant seule) : pouvoir vraiment choisir ce que l’on veut manger, se faire servir, voir du monde autour de nous… Je me suis sentie encore plus heureuse, sachant que les mesures se durcissent en France.

Et puis je me suis baladée dans les rues pour redécouvrir cette ville que j’avais tant aimée la première fois. Je compte profiter de tout ici : restaurants et bars, salle de sport, lieux culturels…

Bilan : Mes conseils – As-tu des conseils à donner pour préparer au mieux cette expérience ?

Je vous conseille de penser à prendre quelques dosettes de votre café ou thé préféré, de quoi grignoter, une paire de ciseaux, du paracétamol, un adaptateur de prise et évidemment de quoi vous occuper (un livre, de la musique, etc).

Bilan II : Que retires-tu de tout de cette aventure ?

On peut tous y arriver, tout est dans la tête ! La récompense au bout en vaut la peine.

**********

Merci Emilie pour ton témoignage !

**********

Autres témoignages à découvrir dans le groupe francophone SHN Singapour j’arrive :

Témoignage SHN de Nicolas – On mange, on dort, on étudie et … on s’ennuie !

Témoignage SHN – 21 demandes refusées et 5 mois de séparation

Témoignage SHN – Du 5 étoiles à l’établissement gouvernemental dédié aux cas contacts

Témoignage SHN d’Emmanuelle – Une expérience spéciale vécue en famille

SHN en couple – Le témoignage d’Eva – Tous les soirs, je me disais « Un jour en moins ! »

Témoignage SHN d’Alizée – En famille avec 4 enfants dont un bébé

Témoignage SHN de Noliko – ce qui m’a marqué, c’est la bienveillance de l’équipe qui gérait les SHN

Témoignage SHN d’Armand – Il a pris l’avion avec un cas positif

Témoignage SHN de Pierre – Des amis sont venus nous ‘rendre visite’, à la fenêtre.

A lire aussi : Le guide SHN à Singapour, pour préparer au mieux sa quarantaine 

 

Un témoignage à partager ? Contacter Ici Singapour

A lire également

  • Expatriation à Singapour en famille – Témoignage d’Isabelle
    Bonjour, Je suis arrivée à Singapour avec mon mari et mes filles de 2 1/2 ans et 7 mois en septembre 2019. C’est mon mari qui a été transféré ici. J’ai donc laissé mon emploi dans le...
  • La SHN – ça se prépare !
      La Stay Home Notice (SHN), une épreuve pénible, ou une expérience plutôt positive ? Pour maîtriser la pandémie, Singapour a instauré un contrôle strict des frontières et isolement...

27 Partages
Partagez27
Tweetez