fbpx
La Petite Ecole
IMC
Assurance Sante Singapour
smilfocus

De Paris à Singapour – Témoignage d’Agnès

Bonjour, je me présente : Agnès Desclaux, 36 ans, originaire de Paris Xème, professeur de français et de philosophie de la 3ème à la terminale. Je suis à Singapour depuis bientôt 2 ans, mariée, en DP et en poste, une petite Louise de 2 ans, une nouvelle nounou formidable et en bonus : un beau-frère et une belle-sœur avec leurs 3 enfants à Singapour. Cela fait du bien d’avoir un peu de famille ici ! NB : Le mari est formidable aussi (il va me lire^^).

Les préparatifs

Avant d’arriver à Singapour, j’ai passé beaucoup de temps inutilement à me questionner sur quel quartier et condo choisir, quoi mettre dans nos valises etc… Finalement, tout s’est enclenché vite et naturellement sur place !

Arrivée

Mon arrivée a été brutale : Sous les tropiques, bien chaude, du vert partout, l’excitation d’une nouvelle vie, revoir sa belle-famille, observer des voitures roses, vertes et même diamants, des Ferraris, Porsches, Lamborghinis toutes étincelantes de propreté les unes que les autres… Fantastique ! Et ce n’était que le début…

Comment tu t’y es prise pour prendre tes marques ?

Comment prendre mes marques ? 1-2-3 partez ! Se jeter à l’eau ! Contacter les associations, intégrer un club de sport, accepter tous les cafés qu’on vous propose, sortir, visiter son Community Centre, refaire son CV 40 fois et passer des entretiens avec 10% de taux de retours, parler à des inconnus ; expatriés comme locaux, tchatcher avec le chauffeur de taxi, contacter les épouses des collègues de son conjoint ou l’ami de l’amie de la connaissance d’une amie, surfer sur Facebook et lire tous les commentaires palpitants sur Singapour Nanas et Parents, rencontrer ses voisins, lire l’actualité et s’imprégner de la culture et tout, absolument tout noter dans un calepin, en guise de mémoire.

Les premiers pas

Une avalanche de choses m’ont un peu inquiétée la première année : Manger épicé et pimenté, entendre « lah » en fin de phrases, ne plus pouvoir traverser la rue « à la méditerranéenne » on va dire, attendre des taxis qui refusent de nous prendre, attendre même quand on a son billet, attendre son plat cuisson « medium » et le voir arriver avant celui qui est de cuisson « rare » de sa belle-sœur, devoir emprunter des souterrains car il n’y a pas de passages piétons pour passer d’une rue à l’autre à Orchard, essayer tous les coiffeurs de Singapour pour finir Epouvantail : brune, rousse et blonde, tout cela en différentes mèches !

Coiffure locale

« Alors, on rentre ? » demandais-je 6 fois par jour à mon mari les premières semaines ! Connaissant la réponse, on commence à regarder Singapour d’un nouvel angle, pas le choix : On n’utilise que WhatsApp, on va à l’Atlas, on fait des rooftops, on déguste les pâtisseries Angelina, awfully chocolate, on boit des Singapore Slings, on réemploie du vocabulaire animalier comme « singe », « varan », « perroquet ».

Surprise locale

On mange beaucoup voire tout le temps car la nourriture est essentiellement notre priorité, notre passion. On parle de la « Cruise for Nowhere », « Daycation », « Staycation » … Adaptation en fait !

Staycation sous la pluie, avec de la compagnie – un paon

On mange Vegan et on fait du yoga ! Bienvenue en Asie !

On fait des footings et on croise des « loutres » : L’autre jour, à Clarke Quay, d’une foulée parfaite, sourire aux lèvres, plénitude de bonheur due à l’endorphine, un son s’est échappé de ma voix : « Coucou la loutre ! ». Jamais je n’aurais pensé saluer une loutre… !

As-tu des conseils à donner pour préparer au mieux cette expérience

Si je recommençais l’aventure, je ne changerais rien. L’effet de surprises est garanti ! (rires)

Bilan sur la vie à Singapour

La vie est agréable. Nous vivons dans une microsphère douce et protégée des agressions extérieure. Une amie, qui se reconnaitra, m’a écrit un WhatsApp il y a quelques minutes : « Il y a des pyjamas avec des oursons Haribo à Singapour ! » (rires), photo à l’appui, elle s’est bien acheté un pyjama Haribo. C’est bien ça, Singapour : « C’est bon la vie, pour les grands et les petits ! »

Il ne manque plus que les voyages ! Rendez-nous quelques pays !

Après un an, qu’est ce qui te manque le plus ici par rapport à la France ?

Ce qui me manque après 1 an et bientôt 2 ans, est la famille, bien évidemment mais les savoir en bonne santé et les avoir souvent au téléphone me permet de vivre ma vie !

——

A découvrir aussi : les bons plans et les bonnes adresses d’Agnès 

——

A lire également

Tags:
78 Partages
Partagez78
Tweetez